Atelier International du Grand Paris
Atelier International du Grand Paris rechercher
Cacher le contenu pour mieux voir les images
afficher le contenu
Métabolismes de la métropole
Le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes d’Île-de-France

Métabolismes
de la Métropole

Photos Vidéos Cartes

/ Télécharger les synthèses cartographiques des cycles

/ Roissy

/ Achères

/ Rungis

/ La Défense

/ Saclay

/ Plaine Commune

Territoires d'industries

/ Vallée de la Bièvre, l'industrie de la santé

/ Marne-la-Vallée, production du durable

/ Le Bourget, assemblage aéronautique et espace

Economies immatérielles

/ La Défense, place d'échanges

/ Saclay, laboratoire de connaissances

/ Plaine Commune, la fabrique de l'image

Logistiques urbaines

/ Roissy, hub mondial

/ Achères, plateforme sur Seine

/ Rungis, ventre du Grand Paris

Présentation

/ Livret Métabolismes

/ Une démarche

/ Un Grand Paris en Chantiers

/ Les Métabolismes de la Métropole

/ Représenter la Métropole

/ L'architecte urbaniste dans le jeu des coopérations territoriales

/ la Métropole de l'Après

/ Crédits et remerciements

Cycle 3 : Territoires d'industrie

Marne-la-Vallée : production du durable / 20 juin 2013


D’ici 2015, dans le Val d’Europe, à l’extrémité du territoire de Marne la Vallée, un «village nature», devrait voir le jour à Villeneuve Le Comte, et continuer le développement d’une ville nouvelle centrée autour du loisir et porteuse d’imaginaires fantastiques. Les groupes Euro Disney et Pierre & Vacances, soutenus par les acteurs publics, se sont rapprochés pour tenter de développer un tourisme vert. Les ambitions « zéro carbone » de ce projet rejoignent celles du Cluster Descartes, situé à quelques kilomètres plus à l’ouest. Sur une partie des communes de Champs-sur-Marne et de Noisy-le-Grand, 1 500 hectares seront dédiés aux activités de recherche, d’enseignement supérieur, liées à la filière de l’éco-industrie et à ses applications. Ce cluster se veut fer de lance de la construction de la ville durable dans le Grand Paris. Il trouve dans la ville nouvelle de 40 ans un champ d’exploration et d’expérimentation riche. Quels sont les projets de ce territoire urbain et encore agricole ? Industrie du tourisme et transition énergétique sont-ils compatibles ? Comment la ville durable est-elle pensée par les différents acteurs du territoire ? Ces visions peuvent-elles s’articuler ? Dans quelle mesure peuvent-elles donner des perspectives au modèle de la ville nouvelle ?

Les intervenants
logoClaire Piguet, architecte urbaniste, Ateliers Lion et associés, membre du Conseil scientifique de l’AIGP
logoThierry Huau, Paysagiste-urbaniste, Interscène
logoCécile Renard, Docteur en géographie et diplômée en architecture
logoFranck Boutté, Ingénieur, consultant développement durable, Agence Franck Boutté Consultants
logoVincent Pourquery de Boisserin, Directeur général de l’EPA MARNE/EPAFRANCE (2011-2014)
logoDaniel Chevalier, Maire de Villeneuve-le-Comte
logoThomas Vincent, Directeur des opérations chez Advancity

→ Télécharger le livret "Marne-la-Vallée"
→ Télécharger la plaquette de présentation
→ Télécharger le résumé de la conférence
→ La page dédiée sur le site du conseil régional de l'ordre des architectes


Cycle 3 : Territoires d'industrie

Situation métabolique:

Du campus, satellite parisien au cœur de cluster

La cité Descartes c'est :

1500 ha

dont

500 ha

boisés ,

18 000

étudiants ,

1 200

chercheurs et ingénieurs ,

5000

emplois ,

315

entreprises ,

50

laboratoires ,

18

établissements d’enseignement supérieur
schema de Marne-la-Vallée, zoom 1

logoLa cité Descartes, l'excellence scientifique et technologique pour construire la ville durable

« A l’ouest, nous avons la cité Descartes qui est une création d’il y a une vingtaine d’année, dont l’objectif est de rassembler autour de l’université, la recherche et les écoles pour faire de l’innovation.»

logoVincent Pourquery de Boisserin


La cité Descartes constitue un pôle scientifique et technologique de référence mondiale dans le domaine de la conception, de la construction et du développement de la ville durable. Elle réunit près de 1 500 chercheurs et ingénieurs et concentre 315 entreprises, 50 laboratoires et 18 établissements d’enseignement supérieur sur les champs environnementaux, sociaux, économiques et urbains. On recense également plus de 5000 emplois localisés dans les pépinières, incubateurs et parcs d’activités qu’elle comprend.

Elle regroupe ainsi en son sein des entités très différentes allant de la recherche à la formation et à l’innovation. Depuis 2005, l’association Advancity, labellisée pôle de compétitivité par l’Etat est devenu un acteur important qui développe des projets collaboratifs innovants dans l’optique de générer de l’activité économique à partir du potentiel scientifique et technique de la cité Descartes. En 2007, la création du pôle de recherche et d’enseignement supérieur Paris-Est, qui comprend la plupart des établissements, a permis de renforcer les liens entre l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, les grandes écoles comme les Ponts ParisTech ou l’école d’architecture de la ville et des territoires, et les organismes de recherche publique tels que le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) ou l’Institut Géographique National (IGN). Dans la continuité des engagements du Grenelle de l’environnement, le gouvernement a de plus lancé depuis 2007 le projet de création d’un pôle de recherche scientifique et technique qui regroupera les 1500 chercheurs, ingénieurs et doctorants issus des différents organismes de recherche publics de la cité Descartes. Le bâtiment Bienvenüe, conçu par l’architecte Jean-Philippe Pargade, accueille déjà depuis son ouverture en 2012 une partie de ces organismes.

logoLe cœur du futur cluster : la ville durable grandeur


« Au-delà des ingénieurs, nous avons besoin des sciences humaines et sociales, des architectes, des urbanistes, des sciences du vivant. C’est très spécifique pour un pôle de compétitivité de ne pas être purement technologique. Le pôle n’est pas là par hasard, c’est un résultat. Nous avons tout ce qu’il faut sur la cité Descartes pour mener ce travail sur la ville durable.»

logoThomas Vincent


L’idée du « cluster de la ville durable », imaginé par le secrétaire d’Etat Christian Blanc en 2009, repose sur l’activation du potentiel économique de la cité Descartes qui va devenir une interconnexion importante du futur réseau de transport du Grand Paris. Il s’agit, dans un périmètre élargi autour de la cité, de renforcer la dynamique actuelle d’innovation autour des quatre filières suivantes : efficacité énergétique de la ville, écomobilité, services urbains, ingénierie et conception de la ville durable. L’objectif étant d’alimenter tous les maillons de la chaîne de croissance de chaque filière en offrant des possibilités en termes de recherche, de formation et de production. De nouvelles écoles spécialisées, comme par exemple l’institut FCBA (Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement) pour la filière bois devraient ainsi venir compléter l’offre de formation actuelle.

Le développement économique s’appuiera principalement sur la future maison de l’Entreprise Innovante, regroupant l’agence Descartes développement créée en 2010, l’incubateur Descartes ainsi qu’une pépinière d’entreprises innovantes de la CCI de Seine-et-Marne et un hôtel d’entreprise. Parallèlement, les capacités d’accueil d’activités dans la cité et dans les zones d’activités proches vont être augmentées pour permettre le parcours résidentiel des entreprises incubées.

Enfin, il s’agit de faire du territoire de la cité Descartes un démonstrateur grandeur nature du savoir-faire des filières et des acteurs qui composent ce cœur de cluster en offrant des possibilités d’expérimentation. C’est dans cette optique qu’a été construit par exemple le bâtiment à énergie positive Descartes + qui condense toutes les innovations technologiques en matière de développement durable.

logoQuel avenir pour le modèle urbain zoné des villes nouvelles ?

«L’idée de la transformation est le vrai levier de la durabilité. On a, jusqu’à ce jour, fabriqué des choses qui étaient très peu transformables. Je pense qu’on est encore aussi dans des logiques un peu trop sectorielles.»

logoFranck Boutté


« Le terme de cluster de la ville durable peut paraître étrange car c’est une notion qui ne se transcrit pas sur le territoire. Quand on regarde ce territoire il y a humainement tout ce qu’il y a pour faire un cluster : des étudiants, des habitants, de la recherche, des entreprises et des liens qui se forment. Mais pour le moment il y a un grand cloisonnement urbain de chacune de ces entités. »

logoClaire Piguet


L’aménagement des villes nouvelles comme Marne-la-Vallée, a été conçu essentiellement de manière sectorielle et zonée avec une prédominance du mode de déplacement automobile. Ce modèle a donné des territoires distendus où se succèdent des zones à caractère monofonctionnel, fortement coupées les unes des autres par les infrastructures routières. L’héritage de ce modèle explique en grande partie le manque d’urbanité actuel de la cité Descartes pointé par les Ateliers Lion. Les coupures produites par les infrastructures comme l’A4 ou le boulevard du Ru de Nesles cloisonnent fortement le territoire et empêchent la continuité de l’espace public et des déplacements autres qu’automobiles. Isolée de son territoire et des espaces résidentiels voisins, la cité vit essentiellement la journée, au rythme des migrations pendulaires portés par le flux du RER A. Elle a du mal à fixer en son sein des services et des commerces variés. On y retrouve essentiellement de la restauration rapide, des locaux de reprographies… mais un seul café extérieur aux établissements scientifiques. Ceux-ci ont en effet internalisé une grande partie de la vie et des services collectifs dans leurs bâtiments.

Les projets de croissance liés au développement économique du cluster et portés par la pression foncière qui sera accrue avec l’arrivée des lignes 11, 15 et 16 du métro du Grand Paris ne doivent pas se faire simplement en comblant le foncier disponible de la cité. Ils sont l’opportunité de faire évoluer le modèle de la ville nouvelle.

logoUne nouvelle strate d'urbanisation pour décloisonner les zones

« Nous n’avons plus besoin de toute cette place pour la voiture. Les infrastructures routières sont des potentiels que nous voyons comme des lignes urbanisables. Elles vont permettre de faire le lien entre les différentes entités de la cité Descartes.[…] Pour valoriser la qualité résidentielle, il faut savoir économiser le foncier et travailler avec la nature de façon plus active. Dans les recherches de densité, on développe des densités différentes selon les lieux, selon la qualité de la nature existante. »

logo Claire Piguet


Les Ateliers Lion ont élaboré un plan guide du cluster Descartes et notamment des espace publics dont ils ont en charge la conception. Les fondements de ce travail consistent à créer des liens entre les différentes entités de cet espace zoné. Comme l’explique Claire Piguet, les infrastructures routières qui sont aujourd’hui des coupures peuvent devenir des liens. Une couverture partielle des voies du RER A est prévue ainsi que le réaménagement du boulevard du Ru de Nesles pour en faire un boulevard urbain.

L’étude a mis en avant également la forte présence naturelle qui constitue la spécificité du territoire. Notamment la présence de l’eau liée à la Marne et aux sols argileux qui n’absorbent pas les précipitations. Mais cette nature est très peu liée aux espaces urbanisés et a peu de valeur d’usage alors qu’elle constitue la principale aménité du site. Le plan guide essaie de préserver au maximum les espaces naturels que constituent les bois, parcs ou délaissés de voirie et de mieux entremêler trames urbaines et trames naturelles, en tirant par exemple le Bois de Grâce jusque la future gare.

C’est à partir de ces présupposés que la densification du cœur de cluster est pensée de manière nuancée, en ne répartissant pas uniformément les densités mais de manière à qualifier l’espace public et la nature. L’intensité des abords de la gare laisse place, par exemple, à un quartier peu dense longeant le parc de la Butte verte.

image Marne-la-Vallée
CDT de Champs-sur-Marne, 2012 - 2013
Mission : Assistance à la maîtrise d’ouvrage pour la préparation et la négociation du CDT.
Maîtrise d’ouvrage : Ville de Champs-sur-Marne
Maîtrise d’oeuvre : Ateliers Lion associés architectes urbanistes paysagistes (mandataire) + DTZ Consulting + Citec
image Marne-la-Vallée
Cité Descartes – Marne-la-Vallée - Coeur du cluster de la ville durable, 2010-2012
Mission : maîtrise d’oeuvre urbaine et paysagère (élaboration du plan-guide, suivi opérationnel, maîtrise d’oeuvre des espaces publics…)
Maîtrise d’ouvrage : EPA Marne
Maîtrise d'oeuvre : Ateliers Lion associés architectes urbanistes paysagistes (mandataire) – Atelier Alfred Peter – IGREC Ingénierie – Transsolar – Citec – Sol Paysage

Territoires d'échanges :

Après les secteurs de la ville nouvelle : un cluster en formation sur les rives de la Marne

Le territoire du cluster de la ville durable c'est :

95 km²

,

14

communes ,

498 000

habitants ,

1

SDT et

4

CDT ,

160 000

emplois , taux d’emploi

0,63

schema de Marne-la-Vallée, zoom 2

logoLe cluster « ressource » pour la construction de la métropole durable

« Nous avons besoin des collectivités. Elles ne sont pas uniquement des financeurs, mais des partenaires qui veulent faire de leur territoire un lieu d’innovation et de démonstration de projets. Nous sommes positionnés sur la carte mondiale du savoir sur la ville durable. La banque mondiale nous sollicite sur ces questions. Aujourd’hui il y a une opportunité de faire un démonstrateur, avec une infrastructure exemplaire. »

logoThomas Vincent


Dans l’optique du cluster de la ville durable imaginé en 2009, la Cité Descartes joue un rôle de « cristallisateur » notamment pour les filières de la construction durable et des éco-mobilités, très présentes sur le territoire. De l’extraction des matériaux, au recyclage, des entreprises de construction aux centres de maintenance de transports en commun. Si la réussite du cluster nécessite une meilleure synergie entre recherche et développement au sein de la Cité Descartes pour favoriser la création d’entreprises innovantes, c’est à l’échelle territoriale, que l’ancrage du développement économique se joue. Le cœur du cluster doit fonctionner en lien avec les pôles tertiaires et d’éco-activités du territoire comme ceux de Champigny, Chelles-Vaires, Neuilly-sur-Marne, Noisy-le-Grand et Torcy. Les entreprises innovantes pourront y trouver l’espace et les services nécessaires à leur croissance. Des échanges seront également mis en place en termes de formation et de savoir-faire, pour permettre l’évolution des entreprises existantes. Enfin, comme l’a expliqué Thomas Vincent, tout le territoire est vu comme un lieu d’expérimentation et de démonstration de ces filières durables.

Cependant, l’innovation dans le domaine de la ville durable s’inscrit à l’échelle régionale. Celle des nombreux chantiers qui vont voir le jour dans le cadre du Grand Paris et sont les véritables « usines à ciel ouvert » de cette industrie. Le cluster peut constituer un pôle «ressource» pour toute la chaîne de l’industrie du bâtiment concernée par la question de la ville durable. Elle représente près de 75 000 entreprises soit 250 000 emplois répartis dans toute la métropole où différents pôles d’éco-construction sont en train de voir le jour, comme celui par exemple de Chanteloup-les-Vignes.


logoUn "territoire intermédiaire"


L’activité économique et scientifique liée à la conception et la construction urbaine écologique donne une certaine spécificité au territoire du cluster de la ville durable, dont les autres activités sont plus ordinaires. Si dans le cœur du cluster, l’équilibre emploi/actif est quasiment atteint, l’ensemble du territoire conserve un caractère très résidentiel, avec un taux d’emploi de 68% en 2006. Et cela malgré les politiques régionales de rééquilibrage vis-à-vis de l’ouest parisien. Des petits pôles d’emploi insulaires, comme ceux de Val-de-Fontenay ou du Mont d’Est à Noisy-le-Grand, se sont développés autour des gares du RER A. Ils accueillent des activités tertiaires de profil assez spécifique, comme par exemple les fonctions-support de grands groupes bancaires et d’assurance ayant leur siège à la Défense, du back-office informatique… Ils peuvent offrir une partie des services aux entreprises nécessaires au fonctionnement du cluster. Entre ces centralités denses, la ville diffuse qui s’est étendue suivant la logique automobile est marquée par une forte présence de la nature et d’espaces de loisirs liés à la Marne et ses lacs. Elle est également très riche en activités commerciales, sans compter les filières de la construction.

Le projet du Grand Paris, et le meilleur maillage en transport en commun offert par les lignes 15, 16 et le prolongement de la 11, doivent permettre de repenser l’identité et le développement de ce “territoire intermédiaire” entre la zone dense de l'agglomération et les pôles à plus forte de croissance de la grande couronne comme Roissy ou Saclay.


logoLa "ville-rivière": un système d'échange riverain


Mis en évidence par les Ateliers Lion dans leur plan guide du cœur de cluster, les problèmes de sectorisation, d’insularité, ou encore de manque de rapport entre nature et ville se posent aussi à plus grande échelle. Une étude a été confiée au groupement Acadie + TVK dans le but d’établir un Schéma de Développement Territorial qui définisse des éléments de cohérence pour les 4 contrats de développement territorial du cluster de la ville Durable. Le schéma, en cours de finalisation, est axé sur le développement d’un double maillage écologique et urbain et cherche à “dépasser les oppositions traditionnelles, nature / technologie, et mobilité / séjour”, pour “construire une surface d’échange déployée et constante entre la nature et la technologie”.

Elle met en évidence un travail à opérer sur les maillages routiers et de transports en commun, une “mise en réseau des réseaux” afin de constituer un territoire “faisant système”. Cette idée s’inscrit ainsi dans la continuité des travaux menés par l’Actep sur les transformations de l’A4 et de la RN34 en avenues métropolitaines, supports de transports en commun en site propre. Cependant, cette mise en connexion des différentes structures urbaines composant le territoire doit s’accompagner d’un travail sur le paysage spécifique de la vallée de la Marne qui pourrait devenir un vecteur d’identité et d’attractivité pour le territoire. Le concept de“ville-rivière” est proposé par le groupement pour repenser le cluster autour de l’épine dorsale de la Marne, vécue aujourd’hui plus comme une limite que comme un lien. Une lecture de ce paysage séquencé en “bulles” et en “bandes” offre un premier cadre au développement de cette “ville-rivière”. Les “bulles” constituent autant de microcosmes définis par les configurations topographiques et paysagères. Elles sont traversées par des “bandes”, des “territoires-épaisseurs” formés entre les infrastructures, et la Marne. Le SDT prévoit d'approfondir cette vision en la croisant avec les travaux du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux, le Schéma d'Aménagement et Gestion des Eaux (SAGE) Marne Confluence adopté en 2007.

image Marne-la-Vallée
image Marne-la-Vallée
Schéma de Développement Territorial du cluster de la ville durable - 2012

Mission : Études d'un Schéma de Développement Territorial du Cluster de la Ville Durable
Maîtrise d’ouvrage : DRIEA
Maîtrise d'oeuvre : TVK Architectes Urbanistes+ Acadie

logoDes dispositifs de coopération multi-échelles

« Au début cette ville s’est construite de manière assez technocratique, sans les élus. Ils n’avaient pas le poids pour influer sur la marche des choses. Progressivement la ville s’est construite, les élus ont représenté plus d’habitants et donc le collectif des élus a eu plus de poids. Les rapports de force changent. La compétence de l’urbanisme est à présent aux collectivités.»

logoVincent Pourquery de Boisserin


L’histoire urbaine de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée planifiée en 4 secteurs relativement autonomes, la division administrative et les maillages transversaux insuffisants, peuvent expliquer en partie le climat d’isolement et de compétition entre les communes qui a longtemps perduré dans le territoire. Cependant, depuis les années 2000, les expériences de coopérations intercommunales se sont multipliées sur des périmètres qui recoupent celui du SDT actuel. Par exemple l’Association des collectivités territoriales de l’Est parisien (ACTEP) fondée en 2000 pour valoriser à sa hauteur l’Est parisien, trop souvent écarté des réflexions en matière d’aménagement du territoire en Île-de-France. Ou sur un plan plus technique, l’élaboration du SAGE Marne Confluence initié en 2007.

Quand le projet du Grand Paris a été lancé, les élus, en accord avec l’Etat, ont opté pour un dispositif ambitieux : la mise en place de 4 “petits” CDT, à l’échelle de 2 à 6 communes, et d’un SDT à l’échelle du territoire des 14 communes. Celui-ci n’a pas été conçu comme un document de planification, ni un projet de territoire. Il se veut une “démarche pragmatique de fabrication d’un cadre de coopération interterritoriale” qui doit “définir les règles du jeu partagées entre les quatre CDT afin de réguler les concurrences et d’assurer le développement du territoire dans son ensemble.” Un “Manifeste” donnera les orientations cadres pour les documents d’urbanisme (CDT, SDRIF, SCOT). Et dans un second temps, des “Pactes” devraient être élaborés pour accompagner des coopérations à géométries variables, respectant le polycentrisme du territoire et permettant de travailler également avec les territoires voisins.

Marne-la-Vallée dans le Grand Paris

La vision du groupe Descartes

«
Réduire le prix du foncier au maximum

Loin d’être saturée, la métropole parisienne abonde en foncier potentiellement constructible, mais les formes multiples qu’il revêt nuisent à sa visibilité. La vision bidimensionnelle du foncier est obsolète : tout comme l’aménagement, le foncier doit aussi se penser en volume et dans le temps.

Le foncier en deux dimensions se décline à plusieurs échelles de projet et selon différentes temporalités. Tout d’abord, les dents creuses au sein de l’espace urbanisé peuvent être rapidement construites, un simple changement d’affectation dans le PLU suffit. Les plus grands espaces, pouvant accueillir environ 500 logements, nécessitent un aménagement à moyen terme. On peut estimer à environ cinq ans la période entre l’appropriation du foncier par la collectivité et la première sortie de terre. Enfin, la libération de territoires très importants peut donner lieu à des macroprojets, constructibles en 15-20 ans, et nécessitant un portage long par la collectivité. Ces vastes territoires sont les lieux privilégiés pour des projets d’ambition métropolitaine. Dans cette catégorie apparaissent par exemple le secteur des Ardoines, celui de la confluence entre la Seine et la Marne, le plateau de Saclay, les espaces longeant le Canal de l’Ourcq et la Nationale 3, certaines zones autour de Roissy, l’aérodrome de Brétigny.

La libération de ce foncier, souvent situé le long de la Seine, des cours d’eau ou des infrastructures, implique parfois de se confronter aux contraintes des zones inondables, des zones industrielles en cours de reconversion ou encore aux interdits de l’amendement Dupont.

Perçu en trois dimensions, d’énormes réserves foncières sont disponibles sur les toits de certains immeubles, en extension des pavillons, sur et autour des gares.

Le temps ouvre de nouvelles perspectives foncières. Par exemple, le bail emphytéotique, courant sur une durée allant de 18 à 99 ans, permet une mise en valeur souple, le projet gardant la possibilité d’évoluer après signature du bail.

logoGroupe Descartes

image

Les photos prises sur le territoire


photo_metabolismes1 photo_metabolismes1 photo_metabolismes1 photo_metabolismes1 photo_metabolismes1 photo_metabolismes1 photo_metabolismes1

Pour aller plus loin...

ATELIER
INTERNATIONAL
DU GRAND
PARIS

Gouvernance

Conseil scientifique

Actualités de l'AIGP

Recrutement

Avis de consultation

Europan

Popsu

Préfecture de Paris et d'Ile-de-France

Ministère de la Culture et de la communication

Ministère du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie

Cité de l'Architecture et du Patrimoine

Association Europan

Mairie de Paris

Conseil régional d'Ile-de-France

Paris Métropole

Association des Maires d'Ile-de-France

Letttre d'information

Plaquette de présentation de l'AIGP

Schéma de présentation de L'AIGP

AIGP Schematic presentation

Le journal de l'AIGP

AIGP Presentation booklet

Mentions légales

Contact

Presse

vimeo AIGP AIGP - Facebook AIGP - Twitter AIGP - YouTube linkedin atelier-international-du-grand-paris