Atelier international du grand paris (AIGP) » Que reste-t-il de l’Atelier international du Grand Paris ? – tribune de Dominique Alba

Le conseil scientifique de l'AIGP

Actualités de l’AIGP / Actualités du Grand Paris / Publications

Que reste-t-il de l’Atelier international du Grand Paris ? – tribune de Dominique Alba

Dominique AlbaCette tribune est parue sur le site de Libération

Pour Dominique Alba, directrice générale de l’atelier d’urbanisme parisien, l’AIGP doit se réinventer pour construire la ville de demain.

La consultation internationale lancée en 2008 devait, en toute logique, désigner des lauréats ou établir un classement. A la place, elle a donné naissance à l’atelier international du Grand Paris (AIGP), une première et une très bonne chose. Créé en 2009, l’AIGP s’est construit comme un lieu d’échange, de travaux collectifs et de débats animés par plus de 500 professionnels, réunis autour des équipes invitées lors de la consultation.

Les grands thèmes mis en avant par les équipes de la consultation pour le Grand Paris ont contribué à la redéfinition des grands projets pour l’avenir de l’agglomération parisienne. Le grand huit, projet d’infrastructure de l’ancien secrétaire d’état au Grand Paris Christian Blanc, a laissé place au plan de mobilisation pour le transport. Grâce à cette initiative, chaque habitant sera bientôt à moins de 2km d’une gare et les clusters se sont effacés derrière la métropole des projets.

Chantiers inachevés et nouveaux projets

Mais face aux paris gagnés, d’autres restent inachevés ou se sont avérés infructueux. Alors pari(s) perdus ou nouveaux projets urbains ? La question reste ouverte et les idées ne manquent pas : les projets réinventer Paris, réinventer la Seine ou l’arc de l’innovation en sont la preuve.

Mise en place le 1er janvier 2016, la Métropole du Grand Paris entend elle aussi faire preuve d’audace pour innover. A côté de ces grands projets, d’autres actions se mettent en place. Elles sont portées par les économies circulaires, collaboratives, sociales et solidaires, sans oublier les plateformes de crowdfunding et les actions financées par les budgets participatifs. Toutefois, d’autres questions se posent : la ville de demain aura-t-elle besoin de nouveaux mètres carrés ? Allons-nous davantage partager nos logements, à l’instar des nouveaux usages de la voiture ? Quel sera l’avenir de l’espace de travail et son lien avec l’habitat ? Comment les services urbains vont-ils se transformer ? Quel sera le rôle des usagers, des professionnels et des politiques ? Quelle sera la marge de manœuvre du secteur public et du secteur privé ? Comment doivent évoluer nos cadres et nos règlements ? Comment devenir plus rapides, plus souples, plus légers, attentifs, économes, voire frugaux ?

Les questions sont nombreuses et les réponses le sont aussi ! En témoignent les exemples présentés dans le documentaire «Demain». Cyril Dion et Mélanie Laurent y découvrent des initiatives alternatives comme des rues potagères, des usines autonomes et des économies en circuit court. La preuve que demain s’invente partout. Alors faut-il un lieu pour témoigner, raconter, mais aussi pour inventer ? Rien n’est moins sûr. A cette image, l’AIGP aussi pourrait se repenser comme un incubateur, s’inspirer d’autres modèles et se transformer pour réussir de nouveaux paris.

DOMINIQUE ALBA
Directrice générale de l’APUR

retrouver cette tribune sur le site de Libération
retrouver l’ensemble des tribunes publiées dans Libération

«
»